Une étude menée par Bridgestone prouve que l’entretien des pneus sauver des vies.

23 avr. 2018

Image de la vidéo d’une autoroute vue du ciel.

Des chercheurs ont mené une étude sur 18 mois visant à analyser des débris de pneus retrouvés sur des lieux accidentés. Cette étude a révélé qu’en 2016, plus de 30 personnes ont été tuées ou gravement blessées dans des accidents en autoroute impliquant des pneus défectueux ou de contrefaçon. Environ trois quarts des pneus analysés présentaient des défauts de gonflage ou des pénétrations de débris, causes principales de ces accidents.

Cette étude menée conjointement par Bridgestone et Highways England, l’agence gouvernementale qui gère, entretien et améliore les autoroutes et routes nationales d’Angleterre, démontre que des contrôles réguliers des pneus par les conducteurs peuvent diminuer les risques d’accident.

« Ces simples révisions pourraient sauver des vies » explique Richard Leonard, responsable de la sécurité routière chez Highways England. « [Ces] recherches confortent notre avis sur les usagers de la route qui doivent jouer un rôle plus important en prenant l’habitude de vérifier la pression de leurs pneus, la profondeur des sculptures de la bande de roulement et repérer [...] les débris coincés dans les pneus avant de prendre la route. »

La sécurité des pneus est primordiale.

Au cours de l’étude, les ouvriers des entrepôts de Highways England à West Midlands ont fourni aux ingénieurs techniques de Bridgestone plus de 1000 débris de pneus à analyser. Ces 1035 débris de pneus ont révélé que :

  • 56% des pneus ont éclaté en raison de perforations provoquées par des débris routiers
  • 18% ont éclaté en raison d’un mauvais gonflage
  • 8% ont éclatés en raison d’un mauvais entretien du véhicule
  • 1% des pneus ont éclaté en raison de défauts de fabrication
  • 1% des pneus ont éclaté en raison d’une température excessive
  • 16% des pneus n’ont présenté aucun problème identifiable

Le sous-gonflage des pneus s’est révélé être un facteur clé, ainsi que le mauvais entretien du véhicule, représentant à eux deux 26% de l’ensemble des échantillons. Certains échantillons étaient particulièrement inquiétants : les chercheurs ont notamment découvert une roue de secours à « taille réduite », réparée à plusieurs reprises de manière inappropriée ; des réparations qui peuvent être potentiellement mortelles à 110 km/h.

Selon Gary Powell, le responsable technique de Bridgestone qui a supervisé l’analyse des débris avec Peter Moulding, ingénieur technique, et le reste du département technique de la société :

« Avec une inspection et des programmes d’entretien du véhicule adéquats, de nombreuses causes de défaillance sont détectables et évitables. À la lumière de ces résultats, nous rappelons l’intérêt d’installer un système de surveillance de la pression des pneus (TPMS) dans les véhicules qui ne sont pas encore équipés de cette technologie. Cela permettra la détection automatique des perforations et des sous-gonflages. »


Téléchargez le rapport complet